Newsletter

L’entretien routier : La SAFER va mobiliser plus de 30 milliards pour l’exercice 2022

L’entretien routier : La SAFER va mobiliser plus de 30 milliards pour l’exercice 2022
Publié le : 26/11/2021 commentaire(s) (0)

Le budget qui sera exécuté par la Société Autonome de Financement d’Entretien Routier (SAFER) le budget devant servir à l’entretien des routes nationales, des pistes rurales, au cantonnage pour renforcer la sécurité routière pour l’exercice 2022 s’élève à plus de 30 milliards. Ce coût estimatif défini au cours de la réunion de programmation du budget-programme annuel d’entretien routier 2022, organisé jeudi 18 novembre 2021, par le ministère des travaux publics vise à mieux renforcer la performance du réseau routier national pour la satisfaction de la population.              

En effet, à l’issue des travaux, le coût estimatif de l’entretien routier pour l’exercice 2022 est évalué à 30.609.300.000 FCFA. La mobilisation  de ce fond qui incombe à la Société Autonome de Financement d’Entretien Routier (SAFER) appelle  à la prise de conscience des usagers de la route afin de répondre dans un esprit patriotique aux exigences en vigueur au niveau des paysages  celle de s’acquitter de leur droits d’usage de la route mais aussi au respect du code de la route en évitant les surcharges. Les droits d’usage de la route sont destinés à financer l’entretien routier. La route se dégrade au fur et à mesure que le temps passe et il faut en prendre soin pour qu’elle dure. Il faut que les usagers contribuent à l’entretien, de la même manière qu’ils contribuent à sa dégradation .
           

Du côté de  la SAFER, la construction et la protection des routes s’inscrivent dans le cadre de la politique de développement prônée par le Chef de l’Etat.  Ainsi donc outre la mobilisation des fonds d’entretien, pour garantir la durabilité des routes dans le temps, il  nécessite  selon le directeur général de la  SAFER Atoute Outchatcha, l’adhésion de tous les acteurs de l’opération de contrôle des charges à l’essieu.
           

« La dynamique du développement socio-économique de notre pays sous l’impulsion du président de la République, repose sur le développement de la route qui reste une opération suffisamment onéreuse. Ainsi la protection de la route pour garantir sa durabilité dans le temps, nécessite donc l’adhésion de tous les acteurs de l’opération de contrôle des charges à l’essieu confiée par le gouvernement à la SAFER. Il s’agit d’une opération, pour empêcher les surcharges des camions et des gros camions », a-t-il indiqué. Pour Zouréatou Tcha-Kondo Kassa Traoré, ministre des Travaux publics, il est impérieux que les acteurs en charge de l’entretien routier fassent preuve de rigueur dans leurs travaux.
           

« J’exhorte tous les partenaires et acteurs impliqués dans le processus de gestion de l’entretien routier à prendre un nouvel élan qui doit se caractériser désormais par une transparence dans le processus de passation des marchés sans perdre de vue les paramètres de qualité, de coût et le délai dans l’exécution des travaux », a-t-elle rappelé avant d’appeler la SAFER à redoubler d’ardeur : « Quant à la  SAFER, elle devra conformément à son agenda redoubler d’ardeur pour assurer le financement  du réseau routier national ».


Notons que pour l’exercice 2021, la SAFER a réussi a mobilisé vingt-un (21) milliards FCFA.  

Essobiou A.

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message